•  

Contrat de Ville intercommunal 2015 - 2020


Le Contrat de Ville intercommunal 2015 - 2020, pour une nouvelle Politique de la Ville.
 

Retour sur la méthode et le calendrier de travail

En juillet 2014, l’élaboration du Contrat de Ville intercommunal est confiée aux GIP Politique de la Ville et Marseille Rénovation Urbaine accompagnés par les cabinets Mensia et Fors, avec  le soutien financier de MPM et des communes concernées.

Le 2 septembre 2014, avant l’achèvement des travaux sur la nouvelle géographie réglementaire et sur le bilan du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, le comité de pilotage pour l’élaboration du contrat de ville est installé. Il permet de valider la méthodologie, le calendrier, et le cahier des charges de l’assistance à maîtrise d’ouvrage.

En octobre et novembre 2014, des rencontres avec les associations partenaires qui interviennent dans les quartiers prioritaires de Marseille sont organisées. Deux objectifs pour ces temps d’échange : d’une part dresser le bilan du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, et d’autre part envisager les perspectives d’évolution pour le prochain Contrat de Ville. Des comptes rendus sont rédigés et soumis à la validation des partenaires associatifs mobilisés.

Entre décembre 2014 et janvier 2015, 21 ateliers sont organisés avec les communes partenaires, soit 13 ateliers thématiques et 8 ateliers territoriaux à l'échelle intercommunale. Ils sont alimentés par les propositions recueillies au préalable auprès des associations, et celles des techniciens et responsables en charge des différentes politiques sectorielles. Une synthèse des débats est réalisée et diffusée aux partenaires.

En février 2015, de nouveaux temps de rencontre avec les partenaires associatifs sont organisés pour poursuivre le travail d’identification des enjeux et besoins des territoires, et de recherche de pistes d’actions. Ces productions sont à nouveau versées au travail d’écriture du contrat.
Entre temps des rencontres bilatérales sont organisées avec la Ville de Marseille et MPM sous l’égide des deux Directions Générales des Services des collectivités.

Entre mars et avril 2015, le travail d’écriture est réalisé selon un processus itératif mobilisant un très large partenariat. Deux Comités de Pilotages conclusifs sont organisés pour valider le projet de contrat.
Le Contrat de Ville aura été le fruit d’un travail éminemment partenarial associant plus de 300 acteurs institutionnels et un nombre équivalent d’acteurs associatifs.

La quatrième série de rencontres avec les acteurs associatifs s’est déroulée à Marseille en début juin 2015 pour poursuivre le travail et lancer l’élaboration des projets de territoires. Il s’agit à présent de décliner en plan d’action territorial les engagements des signataires du contrat de ville, avec pour échéance la fin d’année 2015.
Les conseils citoyens, dont on connait à présent la composition, rejoindront la dynamique de co-construction.

Concomitamment à la signature du contrat de ville les partenaires lancent l’appel à projet 2016. C’est ainsi l’occasion pour les acteurs du développement social et territorial d’intégrer les nouvelles orientations stratégiques dans leurs projets.
 
Le Contrat de Ville Marseille Provence Métropole

Le Contrat de Ville est construit en 3 cahiers distincts : Diagnostic territorial et thématique, Orientations stratégiques et programme d’action cadre, Projets de territoire.

Il couvre les quatre « piliers » attendus pour les Contrats de ville intercommunaux : Cohésion sociale, Cadre de vie et renouvellement urbain, Développement économique et emploi, Valeurs de la République et citoyenneté.

Huit orientations prioritaires pour l’action publique à l’horizon de 2020 sont définies :
1. Une vie locale qui s’appuie sur un cadre de vie rénové, des espaces publics réappropriés et l’accès à une offre de services (sociale, culturelle, sportive, de promotion de la santé, associative) adaptée
2. Des quartiers qui participent, chacun à leur niveau, au développement économique et de l’emploi
3. Une offre de logements améliorée et diversifiée dans les quartiers prioritaires, qui contribue à la remise en mouvement des parcours résidentiels des ménages
4. Les moyens d’une résorption significative de l’habitat privé dégradé, dans les quartiers anciens comme dans les grandes copropriétés
5. Le développement de l’offre de transports au bénéfice d’une meilleure mobilité de tous les habitants et d’une meilleure intégration des quartiers au fonctionnement du territoire
6. Une responsabilité partagée envers l’enfance et la jeunesse
7. Une action publique qui s’adapte à la diversité des publics des quartiers prioritaires, tout en valorisant leurs atouts
8. Le retour du droit dans les quartiers prioritaires, symbole et « preuve » de l’investissement de la puissance publique et condition de rénovation de la vie citoyenne.
 
Le Contrat de Ville 2015-2020 propose une démarche ambitieuse, en lien étroit avec les politiques sectorielles de droit commun dont celles en faveur du renouvellement urbain. A ce titre, il comporte un chapitre retraçant les orientations stratégiques qui seront décrites dans le protocole de préfiguration du NPNRU.
Il a d’ores et déjà fait l’objet d’un vote favorable de la part du Conseil Municipal de la Ville de Marseille le 29 juin 2015 et du Conseil communautaire de MPM le 3 juillet 2015. Plus de 50 signataires se sont réunis en Préfecture le 17 juillet pour signer le contrat.
 
Quelques points saillants

L’écriture de ce nouveau Contrat de Ville aura d’ores et déjà permis de remobiliser les partenaires publics autour d’un projet commun ambitieux.



Malgré le tropisme de la nouvelle géographie prioritaire sur Marseille qui concentre 97% des 243 000 habitants en quartiers de la politique de la ville, une nouvelle dynamique a été mise en place avec les communes de Marignane, Septèmes-les-Vallons et La Ciotat.
L’approche transversale par enjeu de développement est une caractéristique essentielle de ce contrat qui permet de remobiliser l’ensemble du système d’acteur et de dépasser les logiques sectorielles propres aux précédents Contrats Urbains de Cohésion Sociale.
La participation citoyenne constitue un des enjeux fort de l’animation et du développement territorial à travers l’émergence des Conseils Citoyens, qui seront à présent associées aux instances de pilotage du Contrat de Ville.
Les collectivités territoriales prennent toute leur part dans ce contrat à travers la mobilisation de leurs politiques de droit commun et la mise à disposition de moyens spécifiques pour la Politique de la Ville et le prochain NPNRU.

 

Arlette Fructus

Adjointe au Maire déléguée au Logement, à la Politique de la Ville et à la Rénovation Urbaine,
Conseillère communautaire
Présidente des GIP Politique de la Ville et Marseille Rénovation Urbaine


retour

Espace Projets
Demande de subvention en ligne
Téléchargements
Dépôt de dossiers


Rechercher