•  

Présentation du Dispositif ASV


Marseille a fait partie des villes pionnières dans la démarche des Ateliers Santé Ville (ASV), avec le lancement d’un ASV dès novembre 2002.

Deux territoires ont été identifiés qui, selon des indices de précarité économique et sociale, étaient déjà prioritaires au sens de la politique de la ville. Il s’agit du centre ville et des quartiers Nord de Marseille, soit 7 des 16 arrondissements que compte la ville. Ces deux dispositifs recouvrent respectivement une population de 120 000 et 220 000 habitants. Ils sont, en nombre d’habitants, les plus importants des 243 Ateliers Santé Ville opérationnels en France en mars 2009 (source : Acsè/Kynos).



Parmi les 260 Ateliers Santé Ville existants, ceux de Marseille ont certaines spécificités en terme de public et de thématiques abordées.
 
Selon l’audit du Conseil National des Villes de juillet 2007, et son avis du 26/09/2007, les ASV de Marseille traitent de situations particulièrement précaires (publics primo-arrivants, personnes SDF, en errance, exclusion sociale et psychique). Avec quelques autres ASV comme Aubervilliers en Seine St-Denis, Marseille s’est par ailleurs particulièrement intéressée aux problématiques de santé mentale dans la cité, et s’est doté depuis 2008 d’un atelier santé ville spécifiquement consacré à la santé mentale, portant à quatre le nombre de coordinateurs ASV.



La méthode, elle, a suivi un déroulement commun à nombre d’Ateliers Santé Ville en France.

Dans un premier temps, un diagnostic local de santé est construit de façon partagée, avec les habitants et les acteurs de proximité : professionnels du domaine social, en médecine de ville ou à l’hôpital. Une fois les constats formulés et actés par un comité de pilotage institutionnel, un plan local est rédigé, validé devant les mêmes instances.
Après avoir été intégré au Contrat Urbain de Cohésion Sociale dans son volet santé, le Plan Local de Santé Publique est mis en œuvre pour une période de trois ans (2007-2009). Structuré autour d’objectifs, il propose une trentaine de fiches actions qui constituent autant de cahiers des charges pour des promoteurs de projets en santé, qui peuvent se référer à ces fiches pour répondre à des appels à projet du Programme Régional de Santé Publique, du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, ou de la Ville de Marseille. Ce plan local prévoit l’évaluation des actions entreprises, ainsi qu’une actualisation du diagnostic local.
Ainsi se sont succédé trois Plans Locaux de Santé Publique :
     > une première version sur la période 2007 - 2009
     > une deuxième version sur la période 2010 - 2012
     > une troisième version en cours pour la période 2014 - 2016

Ce qui fait la force de la démarche marseillaise repose à la fois sur la méthode rigoureuse qui vient d’être exposée, et dans la qualité et la continuité des relations tissées entre plus de 300 partenaires associatifs et professionnels de santé d’une part, et les membres du comité de pilotage institutionnel des ASV d’autre part.

En terme de gouvernance, le contrat qui lie la Ville et l’Etat est symbolisé par la présence au comité de pilotage, au moins une fois par an, du préfet délégué à l’égalité des chances et de l’adjointe au maire pour la santé. Employés par le Groupement d’Intérêt Public pour la Politique de la Ville à Marseille, les cinq coordinateurs peuvent également compter sur le soutien du Service de la Santé Publique et des Handicapés de la Ville de Marseille, de la Direction Territoriale des Bouches-du-Rhône de l'ARS PACA, des équipes opérationnelles du Contrat de Ville et des Délégués du Préfet.
Un document précise le fonctionnement de ce pilotage bicéphale.
Espace Projets
Demande de subvention en ligne
Téléchargements
Dépôt de dossiers


Outils pratiques

Rechercher